Caravane ophtalmologique au Sud et à l’Est du Tchad

Les affections ophtalmologiques sont courantes au Tchad, mais faute de moyens financiers suffisants ou à cause de l’éloignement des formations sanitaires compétentes, les Tchadiens n’ont pas toujours accès à des soins de qualité et des traitements adaptés. C’est dans le but de lutter contre les affections oculaires que le BASE a organisé deux caravanes ophtalmologiques au Sud et à l’Est du Tchad grâce au soutien d’Airtel, de Styl Africa Coop et de la famille Roy du Canada.

Ces caravanes permettent d’aller toucher les personnes les plus vulnérables et d’apporter des soins de santé de qualité aux communautés.

La première caravane s’est déroulée du 7 au 9 février 2017 à Bénoye dans le Logone Occidental grâce au concours de la Coordination du BASE à Moundou, de l’Hôpital Régional de Moundou et du Centre Hospitalier de Bébalem. L’objectif était de dépister, de corriger le problème de la presbytie chez les adultes, traiter les affections oculaires et de déceler précocement les problèmes des yeux chez les enfants dans le Département de Ngourkosso. L’opération a connu un franc succès puisque les professionnels de la santé mobilisés pour l’occasion ont consulté 334 patients venus de tout le département et âgés de 18 mois à 90 ans ! Cette affluence témoigne du besoin des populations et de la nécessité de développer ce type de services.

Suite à la consultation, 105 patients ont bénéficié d’une prescription de verres médicaux, et une vingtaine d’entre eux a reçu gratuitement des verres correcteurs adaptés à leur pathologie.

La seconde caravane s’est rendue du 22 au 25 février 2017 dans les camps de réfugiés soudanais de Gaga et Farchana, à l’Est du Tchad grâce à l’implication de la coordination Est du BASE, de la délégation sanitaire du Ouaddaï, de l’Hôpital Régional d’Abéché, de l’UNHCR et de la CNAAR. Les affections ophtalmologiques sont courantes chez les réfugiés qui sont obligés de se rendre à l’hôpital d’Abéché pour se faire consulter et soigner. En 2016, plus de 300 patients réfugiés venus des camps de la région ont été référés vers l’hôpital d’Abéché. L’opération qui vise autant les réfugiés que les autochtones a permis, en plus d’apporter des soins de qualité à ces patients, de désengorger l’Hôpital Régional d’Abéché.

Là encore, les populations se sont rendues en nombre dans les centres de santé des deux camps, lieux de passage de la caravane. L’ophtalmologiste mis à disposition par l’Hôpital d’Abéché a consulté 238 personnes à Gaga et 218 personnes à Farchana. Parmi le total de 456 cas consultés, 113 étaient des autochtones venus des villes et villages alentours. Beaucoup d’enfants se sont également rendus aux sites de consultations et ont été pris en charge en priorité. Une partie des pathologies a pu être traitée sur place, comme des conjonctivites et des amétropies. Un nombre important de cas de cataracte a été référé vers l’Hôpital d’Abéché. Là encore, des patients ont pu bénéficier de verres correcteurs distribués gratuitement.

La forte affluence dans les différents lieux de passage de la caravane ophtalmologique témoigne de la réussite de l’opération qui a su répondre à un véritable besoin de la population tchadienne. Nous espérons que ces caravanes ne soient que la première étape vers une amélioration des soins ophtalmologiques au Tchad, avec peut-être des caravanes dans d’autres localités, davantage de verres correcteurs et de traitement, et une caravane chirurgicale qui permettrait une prise en charge de pathologies supplémentaires sur place.

BASE reste au côté des communautés pour l’amélioration de leur santé.

 

 

 

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE