Prise en charge de la malnutrition dans le district sanitaire d’Iriba, Wadi Fira

Si le Tchad d’une manière générale est victime de la malnutrition, la région du Wadi Fira, à l’est du pays, souffre particulièrement de ce fléau. L’enquête SMART d’Août à Octobre 2016 révèle que le taux de Malnutrition Aigüe Globale est de 13,7% et le taux de la Malnutrition chronique globale est de 33,7%. Les principales victimes restent les enfants de 6 à 59 mois et les femmes enceintes et allaitantes.

Face à ses constats, BASE, en partenariat avec l’UNICEF et le PAM travaille au quotidien dans la région pour faire baisser ses chiffres. Grâce à des cliniques mobiles, les équipes de professionnels peuvent toucher les populations les plus éloignées des centres de santé, dans les zones B, et prendre en charge les enfants souffrant de malnutrition aigüe. Cette stratégie est nécessaire dans une région difficile d’accès comme le Wadi Fira. Les populations les plus reculées sont souvent délaissées et ne sont ni dépistés ni prises en charge. Grâce aux relais communautaires et aux infirmiers et nutritionnistes, les enfants et femmes enceintes dépistés comme malnutris peuvent bénéficier d’une prise en charge adaptée, et si besoin être référées vers les centres de santé et hôpitaux. Clinique Mobile Wadi Fira

Mais la diminution de la malnutrition ne pourra s’opérer que grâce à des changements de comportement de la population. C’est pourquoi la prévention est un axe majeur de l’intervention et les mamans bénéficient de séances de sensibilisation et d’éducation nutritionnelle afin d’améliorer les pratiques pour elles-mêmes et leurs enfants.