Les négociants suisses inondent l’Afrique de carburants toxiques

« Un rapport exclusif publié aujourd’hui par Public Eye* révèle comment les négociants suisses en matières premières profitent des faibles standards en Afrique pour produire, livrer et vendre des carburants à haute teneur en soufre, interdits en Europe. Par ces pratiques illégitimes, ces sociétés contribuent à l’explosion de la pollution de l’air dans les villes africaines et nuisent à la santé de millions de personnes.

[…]

La production et la vente de carburants toxiques sont illégitimes et violent le droit à la santé de la population africaine, victime de la plus forte augmentation de la pollution de l’air en zone urbaine au niveau mondial, selon une étude récente de l’OMS. Les projections de l’International Council on Clean Transportation (ICCT) – l’organisation à l’origine du scandale VW – prévoient que la pollution de l’air liée au trafic routier causera, en 2030, trois fois plus de décès prématurés en Afrique qu’en Europe, aux Etats-Unis et au Japon réunis. Les maladies respiratoires représentent déjà un problème majeur dans cette région et les gaz d’échappement du diesel sont classés cancérogènes par l’OMS. Afin d’arrêter cette bombe à retardement, les gouvernements africains doivent adopter des standards plus stricts. Les négociants suisses ont quant à eux le devoir de respecter les droits humains dans tous les pays où ils opèrent, comme l’exigent les Principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, adoptés en 2011. »

Pour retrouver cet article en intégralité, rendez vous sur le site de Public Eye.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE